Visiter le siteVisiter le site  AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Solomon kane...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guudrath



Nombre de messages : 24
Localisation : Lille
Date d'inscription : 12/03/2006

MessageSujet: Solomon kane...   Mar 4 Avr - 17:58

http://solomonkane.free.fr/

le jdr sur solomon kane, pour ceux qui ne le connaissait pas Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olivier legrand



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 7 Avr - 8:58

Hello !

Je suis l'auteur du jdr Solomon Kane et je viens tout juste de découvrir ce site, que je n'ai pas encore eu le temps d'explorer à fond - mais je suis d'ores et déjà ravi de trouver un site francophone consacré à Howard !

Sur le site de mon jdr, vous trouverez les règles (seconde édition) de Solomon Kane, des suppléments mais aussi deux courts articles sur le personnage de Kane : un concernant l'épineuse question du racisme dans les nouvelles qui le mettent en scène et l'autre proposant une analyse comparative de son personnage avec celui de Conan... ça peut intéresser tous les lecteurs d'Howard, y compris ceux qui ne s'intéressent pas au jdr !

Howard Lives !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
helgui le gris

avatar

Nombre de messages : 74
Localisation : Cornouailles
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 7 Avr - 9:01

Hello Olivier, heureux de voir que tu t'es inscrit si vite Very Happy Bienvenu !

(c'est Geoff)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nemedia.blogspot.com/
olivier legrand



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Lun 10 Avr - 3:22

Tiens pendant que j'y suis, ce serait sympa d'ajouter un lien vers le site du jeu

http://solomonkane.free.fr

sur votre page consacrée aux jdr howardiens.

bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chrysagon

avatar

Nombre de messages : 414
Localisation : Loire-Atlantique
Date d'inscription : 07/09/2005

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Lun 10 Avr - 3:50

C'est fait Wink

Chrysagon

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chrysagon.free.fr
helgui le gris

avatar

Nombre de messages : 74
Localisation : Cornouailles
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Lun 10 Avr - 3:51

Concernant Solomon Kane, une publication par Keltic Studio.
Egalement à paraitre sur Howard, un magazine "Howard's fight magazine"

http://members.shaw.ca/kelticstudios/KelticBooks.html




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nemedia.blogspot.com/
Arius

avatar

Nombre de messages : 122
Localisation : Devant mon Pastis ^^
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Mar 11 Avr - 1:22

Felicitation au nouveau, et bienvenu au passage Smile

Je suis en train de lire les livrets et les articles, et je dois dire que je suis impressionné: c'est du beau boulot, bravo Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olivier legrand



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Mar 11 Avr - 11:24

Merci ! Very Happy Very Happy

Et de mon côté, je suis ravi d'avoir (enfin !) trouvé une petite communauté d'howardophiles sur le web francophone !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Mar 11 Avr - 11:38

Diantre, je n'arrive pas à lire les formats pdf sur mon ordi... (je sais : je suis très mauvais). Pourtant l'article sur le racisme dans Solomon Kane m'intéressait beaucoup. Tu ne le possèdes pas en fichier texte ?

Et bienvenue à toi au passage !

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
olivier legrand



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Mar 11 Avr - 12:40

Steve Costigan a écrit:
Tu ne le possèdes pas en fichier texte ?

Pour lire des pdf, il suffit d'installer Acrobat Reader (logiciel gratuit sauf erreur de ma part).

Sinon, oui, je dois posséder une version texte quelque part de l'article sur le racisme. Dès que je la retrouve, je la poste ici-même, sur ce thread.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olivier legrand



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Mar 11 Avr - 12:44

Voici l'article en question :

Solomon Kane et le Racisme

Une étude en noir et blanc, par Olivier Legrand (2004)

« Sa tête simiesque était posée sur des épaules carrées et puissantes. Ses mains, énormes et sombres, ressemblaient à celles d’un singe ; sont front fuyait en oblique au-dessus de ses yeux au regard bestial. Un nez aplati et de grosses lèvres, rouges et charnues, complétaient ce tableau d’une sauvagerie primitive et repoussante. »

Les récits de Solomon Kane véhiculent-ils un message raciste ? A la lecture d’extraits comme celui-ci, on pourrait être tenté de répondre oui sans le moindre détour. La question mérite néanmoins d’être examinée de plus près, comme nous allons le voir dans la suite de cet article.

Avant tout, il est nécessaire de remettre l’oeuvre de Robert Howard dans son contexte historique et sociologique. N’oublions pas quand ni pour quel public Howard écrivait. Dans les années 1920-1930, la fiction (et tout particulièrement celle des pulps) faisaient amplement usage de stéréotypes qui nous sembleraient aujourd’hui monstrueusement racistes, mais qui, selon les standards de l’époque, étaient considérés comme « parfaitement acceptables » : dans les pulps, les Noirs étaient systématiquement décrits comme des sauvages frustes et peureux et les Asiatiques comme des manipulateurs fourbes et cruels : ces clichés font partie des conventions obligatoires du genre, au même titre que la demoiselle en détresse ou la femme fatale.

Sur ce plan, du reste, les récits africains de Solomon Kane apparaissent finalement beaucoup moins caricaturaux ou insultants que les films de Tarzan avec Johnny Weissmuller ou les aventures de Tintin au Congo.

La description de « Gulka le Tueur de Gorilles », reproduite ci-dessus, n’est pas représentative de la vision globale des Noirs dans les aventures de Kane et, si leur auteur se laisse parfois aller à certains stéréotypes faciles, leur héros ne se comporte jamais de façon raciste.

Lorsqu’il est confronté à l’injustice ou à la cruauté, Kane fait preuve de la même compassion pour les victimes – quelle que soit leur couleur – et de la même détermination implacable lorsqu’il s’agit de traquer les coupables – là encore, quelle que soit leur couleur.

Au début d’une nouvelle, on le voit s’attaquant seul à un groupe de négriers arabes, dans une tentative vaine et désespérée de secourir leurs prisonniers. Dans un autre récit, Kane sauve la vie d’une jeune indigène en abattant un lion d’un coup de mousquet ; lorsque la jeune fille, qui n’a jamais vu d’homme blanc ni d’arme à feu, lui demande s’il est un dieu, Kane répond : « Je suis seulement un homme, même si la couleur de ma peau est différente de la tienne. »

Certes, on pourrait trouver qu’il émane de cet épisode un certain paternalisme colonial mais les rapports qu’entretient Kane avec les Africains (et avec l’Afrique elle-même) sont en fait beaucoup plus complexes : contrairement aux héros typiques de l’ère coloniale, Kane ne se comporte absolument pas en civilisateur, ni même en missionnaire.

A l’inverse, l’Afrique exerce sur lui une attraction presque surnaturelle, réveillant ses instincts les plus sauvages et le poussant à remettre en cause sa foi et ses certitudes pour finalement prendre conscience de sa véritable nature et se réconcilier avec sa propre humanité.

Cette dimension initiatique apparaît nettement dans l’évolution des relations entre Kane et le sorcier noir N’longa, personnage que l’on retrouve dans plusieurs nouvelles.

Lors de ses premières apparitions, « l’homme fétiche » donne l’impression d’un sorcier caricatural, s’exprimant en « petit-nègre » et vantant sans cesse sa « puissante magie ».

Puis, insensiblement, le regard porté sur lui par le héros (ou par le narrateur ?) semble se débarrasser de certains préjugés : N’longa apparaît de plus en plus comme un mentor, un sage. L’auteur nous apprend même que Kane et N’longa sont devenus « frères de sang », un privilège que Kane n’a jamais partagé avec aucun autre être humain.

Ainsi, lorsque N’longa entre en communication psychique avec Kane pendant son sommeil, le Puritain est troublé de constater que, dans son esprit, le sorcier lui a parlé dans un anglais parfait, et non « dans son jargon habituel ».

Peu à peu, les différences qui séparent les deux hommes s’amenuisent et, lorsque N’longa transmet à Kane son « bâton-vaudou », un antique talisman permettant de repousser les puissances maléfiques, il fait clairement de lui son héritier...

Le récit intitulé Des Ailes dans la Nuit s’éloigne encore un peu plus des sentiers battus... Kane, après avoir réchappé de justesse à de féroces cannibales, est recueilli et soigné par les habitants d’une vallée perdue. Il découvre bientôt, à sa grande horreur, que ses sauveurs ont coutume de sacrifier certains des leurs à de terrifiants démons ailés, les akaanas, auxquels ils servent de bétail humain. A la demande de Goru, le prêtre du village, Kane, en qui les indigènes ont reconnu un combattant aguerri, accepte de prendre la tête de la révolte contre les akaanas.

A ce stade du récit, le lecteur peut croire qu’il a affaire à une enième histoire de grand chasseur blanc jouant les sauveurs providentiels d’une communauté de bons sauvages incapables de se défendre par eux-mêmes.

Erreur ! Le récit bascule soudain dans l’horreur lorsque les créatures ailées décident de faire un exemple et exterminent tout le village, sous les yeux de Kane, qui tente desespérément de les repousser, en pure perte. Témoin impuissant du massacre, Kane perd la raison. Demeuré seul au milieu du carnage, il se met à converser avec la tête coupée de Goru, dans une sorte de remake halluciné du fameux monologue d’Hamlet face au crâne du « pauvre Yoric »...

N’est ce pas là le signe que Kane considère Goru comme son semblable ? Kane serait-il devenu fou s’il avait considéré les Africains autrement que comme ses frères humains ?

Cela dit, on ne peut qu’être frappé par le contraste existant entre le comportement de Kane et les propos racistes tenus par Howard l’auteur dans d’autres nouvelles (comme par exemple Magie Noire à Canaan ou Le Chien de la Mort) et par Howard l’homme dans certaines de ses lettres (notamment celles qu’il échangeait avec Lovecraft, dont le racisme viscéral frôlait la pathologie).

Il serait à la fois inutile, ridicule et profondément choquant de vouloir « réviser » Howard en modernisant de façon artificielle la mentalité de certains de ses personnages (comme ont plus ou moins tenté de le faire Lin Carter et Sprague de Camp, souvent assez maladroitement d’ailleurs, dans leurs divers pastiches de Conan) ou de soutenir contre toute raison qu’Howard n’était pas « vraiment » raciste...

Répétons-le : Howard était raciste, comme l’était la grande majorité des Américains blancs (et, sans doute plus encore, des Texans) de son temps – ceci, du reste, ne constitue nullement une quelconque forme de justification ou d’excuse, mais simplement un fait, que l’on ne peut ni éluder ni modifier.

Devons-nous pour autant vouer l’oeuvre de Robert E. Howard à l’enfer du « politiquement incorrect » ou sommes-nous capables d’admettre qu’il n’est pas forcément nécessaire de partager les opinions d’un auteur, quelles qu’elles soient, pour reconnaître son talent ? Qui a dit que l’admiration excluait l’exercice du sens critique ?

Un tel débat, même limité au seul cas de Robert E. Howard, dépasse évidemment le cadre de cet article. Tout au plus pouvons nous constater que, dans les aventures de Kane, Howard fut apparemment capable de mettre ses propres préjugés de côté pour nous conter l’extraordinaire odyssée d’un héros maudit, que les épreuves et les périls vont peu à peu affranchir des certitudes de son temps, de sa foi et de sa culture...

Sans doute est-ce pour cela que, près de quatre-vingts ans après leur écriture, les aventures africaines de Solomon Kane conservent toute leur intensité dramatique et leur force d’évocation – y compris pour des lecteurs à la sensibilité fort différente de celle de leur auteur.

Olivier Legrand - 2004
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 14 Avr - 5:05

Ton artcile est très intéressant et fort bien documenté.
Une chopse m'a frappé, comme beaucoup d'autres, quand je suis allé en afrique l'année dernière. Ce continent et la vie qui s'y déroule semblent hors du temps, hors norme. J'ai alors compris toute la fascination des hommes pour ces terres. Ce qui est étonnant, c'est que Howard réussit à rendre cela par le biais de Kane alor que lui-même ne s'y ait jamais rendu qu'en rêve...

Ceci dit, je ne partage pas vraiment ta conlusion sur le caractère profondément raciste de Howard. Dans ses échanges avec Lovecraft, c'est ce dernier qui est le plus raciste des deux, et de manière assez féroce. Howard voyait dans chaque "type" humain des caractéristiques propres mais je ne pense pas qu'il allait jusqu'à les haïr uniquement pour leur couleur de peau. Seule exception peut-être : celle des asiatiques en qui Howard voit une fourbe engeance et s'en inspire énormément quand il crée son peuple des hommes-serpents.

Comme tu le disais, le débat pourrait être long et fastidieux. Juste une chose : Howard se donnait de manière entière dans ses récits. La plupart de ses personnages principaux ont les mêmes idées que lui. Alors pourquoi n'aurait-il pas développé un éventuel racisme dans les textes de Solomon Kane ? Ce qui n'est pas comme tu l'as très bien démontré.
Enfin bref. Si mes souvenirs sont bons il y a un gros article là-dessus sur le site de la Rehupa. Il faudrait peut-être lorgner de ce côté...

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
Chrysagon

avatar

Nombre de messages : 414
Localisation : Loire-Atlantique
Date d'inscription : 07/09/2005

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 14 Avr - 5:43

Article très intéressant ! On est aussi en droit de se poser les questions suivantes : un récit dans lequel les noirs auraient été considérés égals des des blancs aurait-il été accepté par les magazines de l'époque ? Probablement pas par tous...

Chrysagon

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chrysagon.free.fr
olivier legrand



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 14 Avr - 9:40

Steve Costigan a écrit:
Ceci dit, je ne partage pas vraiment ta conlusion sur le caractère profondément raciste de Howard.

Crois-moi, je ne me permettrais pas d'émettre un tel jugement s'il me semblait ne serait-ce qu'un peu hasardeux.

Je pense notamment à une allusion d'Howard dans une de ses lettres (à HPL ???) au sujet de "natifs" (comme on disait alors) hawaïens ayant été accusés à l'époque d'avoir violé une femme blanche; il écrit quelque chose comme, "je ne sais pas si un hawaïen qui grille a la même odeur qu'un nègre qui grille mais je suis sûr que ses semblables retiendraient aussi bien la leçon"...

Et puis sans forcément aller chercher sa correspondance, on peut aussi se référer à des récits comme "Skullface", sorte de remake de Fu Manchu mais version "péril nègre"....

Mais bon, la dernière chose que je souhaite est de m'embarquer dans un "débat" sur ce sujet - car à mes yeux, il n'y a aucun "débat" à avoir.

Howard était indiscutablement raciste- comme l'immense majorité des Américains blancs de son époque, et voilà... ni plus, ni moins, serais-je tenté de dire.

Steve Costigan a écrit:
Dans ses échanges avec Lovecraft, c'est ce dernier qui est le plus raciste des deux, et de manière assez féroce.

Mais peut-on quantifier le racisme ? En quoi peut-on dire qu'HPL était "plus" raciste ? Cela le rend-t-il moins acceptable, "plus gênant" etc ?

A mon avis, la question n'est pas là. Je dirais que leurs deux racismes étaient totalement différents.

Le racisme de Lovecraft était un racisme viscéral, à la limite de la pathologie et de l'hallucination - il faut avoir lu, dans certaines de ses lettres, ses descriptions des "immigrants" vus lors de son séjour à New York, dans lesquelles il évoque, tout à fait sérieusement, des "asiatiques spongieux" - je n'invente rien.

Le malaise devient de plus en plus fort quand on s'aperçoit qu'HPL utilisait pour parler des Noirs, Juifs, Mexicains, Italiens etc etc les mêmes adjectifs improbables que pour décrire les créatures cauchemardesques de ses récits. Et là se trouve la clé : dans sa profonde terreur de tout métissage, de tout mélange - une peur qui transparaît de façon incontestable dans son univers littéraire (cf Le Cauchemar d'Innsmouth etc).

HPL était capable, dans ses lettres, de parler très sérieusement des "gens normaux d'Angel Street" (une rue où il avait évidemment vécu), par opposition au reste du monde - ce "monde extérieur", peuple (forcément) d'êtres étranges (ou étrangers, comme on voudra).

Et le racisme d'HPL se teintait d'une grande ignorance - surprenante, chez un homme par ailleurs fort cultivé. Ainsi, HPL était antisémite - "de base", si j'ose dire, comme un élément de la panoplie culturelle des vieilles familles de Nouvelle-Angleterre de son époque, antisémite par principe, par préjugé... et il est fort probable qu'il n'ait jamais vraiment bien compris que Robert Bloch, ce jeune écrivain qu'il a lui-même propulsé dans le monde de l'édition, comme son jeune protégé, était Juif - probablement parce que dans son esprit, Robert Bloch ne POUVAIT être Juif, puisqu'il était son ami et qu'à ses yeux, les Juifs étaient ces rabbins aux yeux fuyants et aux papillottes "incrustées d'excréments" (l'image vient d'une de ses propres lettres !) qu'il avait entraperçus un jour à New York, au milieu de cette foule infâme et cosmopolite qui le terrorisait...

Et là-dessus, HPL s'enthousiasma pour les "événements d'Italie et d'Allemagne", claironnant dans une de ces lettres qu'en tant qu'aryen, lui aussi se sentait prêt à boire le sang des ennemis de sa race dans leur crâne - là encore, je n'invente rien !

Et il est très intéressant de voir qu'Howard ne partageait en aucun cas cet enthousiasme - et qu'il l'a même effectivement écrit à HPL. Contrairement à ce que supposent trop facilement les gens qui croient le connaître sans l'avoir jamais lu, Howard n'avait aucune fascination pour les "grands guerriers blonds" et autres accessoires du folklore nazi. Par contre, il était bel et bien raciste - pas du tout de la même façon qu'HPL mais selon nos critères actuels, cette qualification ne fait aucun doute si on lit certains de ses textes (littéraires ou épistolaires).

Le racisme de REH était un "racisme de redneck", c'est sans doute la meilleure formule qu'on puisse trouver - avec, peut-être, un léger soupçon de ce "romantisme racial" que l'on trouve chez de nombreux auteurs de la fin du XIXème et du début du XXème - comme par exemple Rosny Ainé (notamment dans "L'Etonnant Voyage d'Hareton Ironcastle" ou même Barbey d'Aurevilly (lorsqu'il se lance dans de grandes envolées lyriques sur la "race des Normands", par exemple).

Steve Costigan a écrit:
Howard voyait dans chaque "type" humain des caractéristiques propres mais je ne pense pas qu'il allait jusqu'à les haïr uniquement pour leur couleur de peau.

Mais je n'ai jamais parlé de haine raciale. Le racisme, ce n'est pas la haine des autres races (si tant est que ce concept ait la moindre validité, mais on ne va rentrer dans ce débat ici !), c'est la croyance en une forme de hiérarchie (et donc d'inégalité) des races humaines. Gobineau, le très détestable auteur du fameux traité sur l'Inégalité des Races Humaines, oeuvre fondatrice de la pensée raciste s'il en est, n'avait sans doute le sentiment de n'éprouver aucune "haine" pour les "nègres" ou les "jaunes" : simplement, un sentiment de supériorité aussi certain que celui que nous ressentons face aux "créatures inférieures". Et c'est CA, non, le racisme ?

Steve Costigan a écrit:
Seule exception peut-être : celle des asiatiques en qui Howard voit une fourbe engeance et s'en inspire énormément quand il crée son peuple des hommes-serpents.

Ben ça fait quand même une sacrée exception, non ? Cela dit, ce n'est pas la seule - cf mon allusion à Skullface ci-dessus... mais je le répète, on ne peut adopter une approche "quantificatrice" sur ce genre de sujet (à mon sens).

Steve Costigan a écrit:
Comme tu le disais, le débat pourrait être long et fastidieux. Juste une chose : Howard se donnait de manière entière dans ses récits. La plupart de ses personnages principaux ont les mêmes idées que lui. Alors pourquoi n'aurait-il pas développé un éventuel racisme dans les textes de Solomon Kane ? Ce qui n'est pas comme tu l'as très bien démontré.

Eh bien je pense que la question est très complexe - car ces récits, comme je l'ai écrit, contiennent aussi des passages un peu "limites", mais toujours dans la voix du narrateur, jamais dans les propos ou les actes de Kane.

Je crois que ça prouve (confirme ?) une chose : Howard était (comme beaucoup de monde !) un homme très contradictoire - mais comment aurait-il pu en être autrement pour un individu aussi singulier, à l'esprit aussi frénétique et tumultueux ?

Un exemple : le personnage de Bêlit, sans doute un des plus beaux personnages de guerrière que nous ait donné la fantasy des pulps de cette époque. Bêlit est, je crois qu'on peut le dire, LA femme du cycle de Conan, la "femme éternelle", l'idéal féminin de Conan (et d'Howard ? peut-être bien). Or, Bêlit est une Shémite. Et de quel peuple authentique les Shémites sont-ils le reflets dans le monde hyborien ? Des Sémites, évidemment. Tout est dit, non ?

Steve Costigan a écrit:
Enfin bref. Si mes souvenirs sont bons il y a un gros article là-dessus sur le site de la Rehupa. Il faudrait peut-être lorgner de ce côté...

Oui, leur site contient si j'ai bonne mémoire plusieurs excellents articles sur ce sujet (et bien d'autres).

Chrysagon a écrit:
Article très intéressant ! On est aussi en droit de se poser les questions suivantes : un récit dans lequel les noirs auraient été considérés égals des des blancs aurait-il été accepté par les magazines de l'époque ? Probablement pas par tous...

Tu peux même dire probablement par AUCUN. Mais il faut aussi ajouter qu'un auteur comme Howard n'aurait sans doute jamais écrit un tel récit non plus, alors...

Tiens, j'y pense, sur un sujet proche : le dernier numéro de Comic Box contient un passionnant article sur les Noirs dans les comics, qui montre bien à quel point la littérature américaine populaire est remplie de stéréotypes racistes jusque dans les années 60 et même au-delà - mais l'article va justement au-delà de la simple charge et montre de façon fort pertinente comment ce racisme a "évolué" (si j'ose dire) au fil des âges.

Pour finir ce (long) post, je crois qu'il faut distinguer deux choses : ce qu'Howard a vraiment écrit et l'image que nous aimerions avoir de lui... mais en ce qui me concerne, dans un pays où l'on trouve des circonstances atténuantes à des individus comme Louis-Ferdinand Céline et où les aventures de Tintin et les récits de Jules Verne continuent à être portés aux nues, je n'éprouve pour ma part aucune espèce de complexe ou de gêne à apprécier Robert Howard "uncut" !


Dernière édition par le Ven 14 Avr - 9:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arius

avatar

Nombre de messages : 122
Localisation : Devant mon Pastis ^^
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 14 Avr - 9:43

Chrysagon a écrit:
On est aussi en droit de se poser les questions suivantes : un récit dans lequel les noirs auraient été considérés égals des des blancs aurait-il été accepté par les magazines de l'époque ? Probablement pas par tous...

Chrysagon

Je crois meme que tu aurais pu dire qu'il aurait été refusé par tous.

L'amérique des années 20 -30 c'était loin d'étre la nation de l'égalité.

Je suis assez d'accord avec olivier legrand quand il dis que Howard était raciste, mais ni plus ni moins qu'un Texan dans cette époque. Je pense meme qu'il avait des valeurs très humaines et honorables pour un homme issu de cette époque et dans ce contexte géopolitique.

Si Howard avait vécu à notre époque, je pense qu'il aurait defendu et proné des valeurs très humanitaires, mais nous ne le sauront hélas jamais ...

Edit :

arf, j'ai posté quasiment en meme temps qu'Olivier Legrand mdr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 14 Avr - 10:40

Je commence à voir un peu mieux où tu veux en venir, à savoir si je ne m'abuse la différence qu'on peut faire entre le racisme et l'aryanisme voire le nazisme.
Et c'est là qu'on a une réelle différence entre HPL et REH. Pour reprendre l'exemple que tu évoques à propos de l'Italie, je crois me souvenir que c'est Howard qui y fait allusion en disant tout le bien qu'il pense d'une nation qui se revendique civilisée et bombarde l'Ethiopie.
Autre différence de taille pour ces deux auteurs engagés : Lovecraft était conservateur et Howard démocrate (dans le sens que revêtait ce terme dans les années trente bien sûr).
Bref, l'amalgame qui a toujours nuit à l'image de Howard est celui qui le voyait en défenseur de la race pure et aryenne. En fait, Howard résonne en terme de peuple, quels qu'ils soient, et s'enthousiasme à l'idée d'une mémoire ancestrale pouvant remonter loin en arrière grace à un sang resté pur. Il y a un passage très intéressant à ce sujet dans le roman de Novalyne Price. Howard est obnubilé par l'infime trace de sang indien coulant dans les veines de la jeune femme tout en lui expliquant le plus sérieusement du monde que grace à sa mémoire ancestrale il se remémore des scènes du passé.
Donc Howard n'était pas aryaniste et la chose est importante tout de même puisqu'à cette époque Hitler est déjà chancelier.
Après ça, je veux bien admettre que Howard était raciste comme la plupart de ses contemporains. Ce qui me gêne dans cette étiquette, c'est qu'il nous campe quelques personnages noirs ou autre en égaux de ses héros. C'est la que ça ne colle pas à mon avis. Mais la question est difficile, comme tu dis.

J'ai l'impression de ne pas être très clair ! Enfin bref, c'est un débat probablement superflu et, comme tu le dis : il n'y a aucune honte à lire du Howard par rapport à cela. Il faut juste ne pas faire l'amalgame en racisme et pro-nazisme.
Rusty Burke doit être en train de répondre à nos questions en ce moment, je vais voir si je ne peux pas en ajouter une là-dessus, histoire d'avoir son avis.

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
olivier legrand



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 14 Avr - 11:32

Steve Costigan a écrit:
Bref, l'amalgame qui a toujours nuit à l'image de Howard est celui qui le voyait en défenseur de la race pure et aryenne.

Absolument - amalgame tout à fait abusif.

Steve Costigan a écrit:
Ce qui me gêne dans cette étiquette, c'est qu'il nous campe quelques personnages noirs ou autre en égaux de ses héros. C'est la que ça ne colle pas à mon avis.

Euh... excuse-moi, mais de quels personnages noirs ou autres veux-tu parler ????

Sauf erreur de ma part, les seuls "personnages de couleur égaux des héros howardiens" sont des créations de Lin Carter et De Camp (comme Juma le Kushite dans je ne sais plus quelle nouvelle apocryphe de Conan)... mais absolument pas d'Howard. Et si tu n'es toujours pas convaincu, lis ou relis "Skullface" (je crois que le titre en vf est "l'horreur des abîmes") ou une nouvelle comme "magie noire à Canaan".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 14 Avr - 11:42

Je pensais au sorcier de Solomon Kane, dont tu parlais. J'ai des souvenirs de personnages Noirs dans des récits de boxe qui sont respectueux aussi. Tu me diras, il y en a aussi qui sont carricaturaux dans le sens inverse... Ce qui me gêne c'est qu'il ne devrait pas y en avoir du tout si Howard était un raciste convaincu, c'est tout.
Skullface il faudrait que je le relise mais... pas maintenant. Ceci dit j'ai des souvenirs précis de passages vraiment douteux, je ne dis aboslument pas qu'il n'en existe pas. C'est juste que ça n'est pas assez "tout blanc, tout noir" pour permettre à mon avis de catégoriser ainsi Howard.
Et puis il y a aussi des détails biographiques qui ne collent pas. Vers 14 ans, le jeune Howard fréquentait et admirait une cuisinière métis qui l'abreuvait de récits qui l'ont énormément marqués...

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
olivier legrand



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Ven 14 Avr - 13:08

Steve Costigan a écrit:
Je pensais au sorcier de Solomon Kane, dont tu parlais.

Ah OK... pour moi, je ne dirais pas que N'longa est "l'égal" de Kane - ce n'est pas un guerrier, par exemple, et je pensais que tu faisais allusion à des sortes d'équivalents Noirs (ou asiatiques etc) des héros howardiens.

Steve Costigan a écrit:
Ce qui me gêne c'est qu'il ne devrait pas y en avoir du tout si Howard était un raciste convaincu, c'est tout.

Pas du tout ! Regarde les Noirs chez Hergé, par exemple ! Et s'il n'y avait aucun personnage "de couleur" dans ses récits, on ne pourrait de toute façon même pas discuter pour savoir s'il y a ou non racisme.

Steve Costigan a écrit:
C'est juste que ça n'est pas assez "tout blanc, tout noir" pour permettre à mon avis de catégoriser ainsi Howard.

Eh bien relis Skullface... et honnêtement, le racisme n'est pas forcément une vision simpliste "tout blanc tout noir" - si c'était aussi simple, ça ferait longtemps que de telles opinions auraient cessé d'exister. Le racisme peut aussi s'exprimer (et s'exprime d'ailleurs surtout) de façon plus insidieuse, y compris par le biais de stéréotypes raciaux caricaturaux mais "gentils" (ex : le "bon petit nègre" chez Tintin)

Mais bon, après, je ne fais aucun "procès" à Howard; pour moi, son racisme n'est qu'un élément de son personnage et il ne mérite pas qu'on le caricature ou qu'on l'exagère... mais dire qu'il n'est pas là, non, là, franchement, ce n'est pas possible.

Steve Costigan a écrit:
Et puis il y a aussi des détails biographiques qui ne collent pas. Vers 14 ans, le jeune Howard fréquentait et admirait une cuisinière métis qui l'abreuvait de récits qui l'ont énormément marqués...

??? Et alors ??? Cet exemple, c'est comme la grosse bonne mama d'"Autant en emporte le vent"... "bien aimer" ou même "admirer" une domestique, est-ce que ça exclut le racisme ???? Tu penses vraiment que les colons français d'Afrique n'avaient pas eux aussi leurs "bons nègres " ??? C'est exactement comme de dire : "Ah non, moi, je ne suis pas raciste, la preuve, j'ai un ami Noir/Arabe etc", ça ne prouve absolument rien ! Le racisme est une question complexe, qui ne peut certainement pas s'évacuer à cause d'une seule anecdote. Autre exemple : dans la BD Mandrake, le personnage de Lothar est un pur stéréotype raciste (dans les premiers épisodes, il est à peine capable de parler !) - mais pourtant Mandrake "l'aime bien"...

Mais bon, je le répète, je ne souhaite pas m'embarquer dans un débat sur ce thème... et on peut aussi avoir des avis divergents sur la personnalité de REH. Simplement, je pense quand même pouvoir trouver beaucoup plus de citations de ses écrits (littéraires ou épistolaires) reflétant un racisme incontestable que de citations reflétant une quelconque forme d'anti-racisme ou même de tolérance humaniste... mais je le répète, en ce qui me concerne, cela ne change rien à l'admiration que j'ai pour lui en tant qu'écrivain.

Je ne pense pas, du reste, que le racisme d'Howard soit une composante très marquée de sa personnalité ou de son oeuvre. Si j'ai écrit l'article sur le racisme dans Solomon Kane, c'était aussi un peu en réaction à plusieurs commentaires que j'avais lu à propos des aventures de ce héros (cela devait être sur Amazon, genre "avis de lecteurs"), qui disaient en gros qu'Howard était un "monstrueux raciste" et que les récits de Kane étaient désormais "illisibles" à cause de cela ! Et j'avoue que ça m'a fait bouillir, un peu comme quand certaines facs américaines suppriment Othello de Shakespeare de leur programme parce que c'est une pièce qui perpétuerait le stéréotype du noir violent - si, si, vous avez bien lu !

Je pense donc qu'on a tort d'exagérer le racisme d'Howard ou de le laisser occulter tout le reste, alors qu'il est finalement bien tiède au regard de ce qui s'écrivait à l'époque dans les pulps - mais qu'il ne faut pas pour autant nier son existence - parce qu'honnêtement, ce n'est vraiment pas tenable au regard de certaines phrases écrites par REH. Après, effectivement, à l'aune de son époque, de son milieu, de sa culture etc etc etc, REH était finalement fort modéré.

Et ses opinions en la matière (ou les clichés allant en ce sens dans ses récits) ne rendent pas ces récits illisibles ou insupportables - il faut peut-être adopter un certain recul, cependant, face à des nouvelles comme Skullface... mais on ne peut pas dire ça de tous les auteurs de littérature populaire de cette époque (et même postérieurs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Solomon kane...   Mar 18 Avr - 8:13

Je pense qu'on est à peu près d'accord.
Tout ce que tu dis est très intéressant et j'ai hâte que tu participes au contenu du site Smile .

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solomon kane...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Solomon kane...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES POEMES DE ROBERT E HOWARD
» (Hunters, Loups-Garous, Vampires) - Van Helsing
» Kane Vs John Morrison
» Kane, Dolph Ziggler & Randy Orton VS Edge, Justin Gabriel & Chris Jericho
» Kane Vs HHH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques Némédiennes :: L'arène de Kordava-
Sauter vers: