Visiter le siteVisiter le site  AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le celte mélancolique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
helgui le gris

avatar

Nombre de messages : 74
Localisation : Cornouailles
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Le celte mélancolique   Mar 9 Mai - 4:16

Ca y est il est paru et je l'ai reçu.

L'ouvrage de notre docte et poète ami Two Gun Bob alias Amra ou Emmanuel Collot est enfin disponible. Après quelques jours de retard, il est enfin arrivé dans ma boite aux lettres. J'en ai pieusement commencé la lecture, attentif à chaque mot, chaque expression, cherchant les secrets qui se cachent entre deux allusions...

La plume de Manu est plaisante et accroche le lecteur dés le début, la rédaction a été pensée avec beaucoup de beauté, de passion, de puissance. Les mots font voyager en imprimant des images chatoyantes pleine de poésie, de couleur, on sent le plaisir et le feu de l'inspiration qui consumme l'auteur.

Je ferai un point sur ma lecture dés que j'aurai un peu plus avancé dans l'ouvrage, c'est succulent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nemedia.blogspot.com/
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Mar 9 Mai - 4:57

Arf, je l'attends toujours...

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
fafnir



Nombre de messages : 131
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Mer 10 Mai - 6:51

J'en suis au premier chapitre et je crois que je vais en avoir pour un pour un petit moment. Je veu dire par là que ce n'est pas un roman à lire vite fait le soir 10 minutes avant de s'endormir. Chaque mot est minutieusement choisis, chaque phrase est chargées d'images trés fortes, de fantomes prets à sotir des brumes d'un passé mythique.
J'attend beaucoup de ce roman, j'espere qu'il me permettra de me rapprocher du père de Conan, de Bran et Kull qui ont fortement impregné toute mon adolescence. C'était il y a plus de 20 ans mais les souvenirs me reviennent comme si c'était hier.

(Quelqu'un pourait il me dire qui est Babara Allen ? Désolé je ne suis pas incollable)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chrysagon

avatar

Nombre de messages : 414
Localisation : Loire-Atlantique
Date d'inscription : 07/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Mer 10 Mai - 7:41

fafnir a écrit:
J'en suis au premier chapitre et je crois que je vais en avoir pour un pour un petit moment. Je veu dire par là que ce n'est pas un roman à lire vite fait le soir 10 minutes avant de s'endormir. Chaque mot est minutieusement choisis, chaque phrase est chargées d'images trés fortes, de fantomes prets à sotir des brumes d'un passé mythique.
J'attend beaucoup de ce roman, j'espere qu'il me permettra de me rapprocher du père de Conan, de Bran et Kull qui ont fortement impregné toute mon adolescence. C'était il y a plus de 20 ans mais les souvenirs me reviennent comme si c'était hier.

(Quelqu'un pourait il me dire qui est Babara Allen ? Désolé je ne suis pas incollable)

Arrête tes conneries TwoGun on t'a reconnu ! Wink

Chrysagon

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chrysagon.free.fr
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Mer 10 Mai - 7:41

Salut à toi Fafnir, soit le bienvenu parmi nous !

Si tu veux te rapprocher du père de Kull, Bran et les autres, je ne saurais trop que te conseiller le livre de Novalyne Price, la petite amie des dernières années de Howard. Là tu découvriras REH comme jamais !

Quant à Barbara Allen, il s'agit du personnage principal d'une vieille contine texane. Je dis ça de mémoire, il faudrait que je fouille pour retrouver les références précises. Howard a repris le nom pour en faire une courte nouvelle fantastique très poignante qui s'intitule "For the love of Barbara Allen". Il rejoint imaginaire et réalité en inventant l'origine de cette chanson.

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
fafnir



Nombre de messages : 131
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Jeu 11 Mai - 1:02

Merci Steve,
C'est avec plaisir que je lirais le livre de Novalyne Price et j'aimerais aussi trouver le film qui en a été fait. Mais si j'ai bien compris l'un comme l'autre n'éxiste qu'en v.o. et là mon niveau d'anglais risque d'être limite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Jeu 11 Mai - 2:32

En ce qui concerne le bouquin, c'est vrai que ça représente un petit effort, même si l'anglais utilisé n'est pas des plus compliqué. Par contre, il existe un sous-titrage français sur le DVD zone 1...

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !


Dernière édition par le Jeu 11 Mai - 9:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
Chrysagon

avatar

Nombre de messages : 414
Localisation : Loire-Atlantique
Date d'inscription : 07/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Jeu 11 Mai - 8:48

Attention il y a plusieurs version de ce DVD zone 1, et toutes ne comportent pas le sous titrage, faites attention.

Chrysagon

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chrysagon.free.fr
Vulmea

avatar

Nombre de messages : 283
Localisation : Stygie
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Mer 17 Mai - 16:30

" For the love of Barbara Allen " a des implications que je révèle dans mon second volume, c'est tout simplement extraordinaire !!!

Mais nous aurons l'occasion d'en reparler plus à propos...

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vulmea

avatar

Nombre de messages : 283
Localisation : Stygie
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Mer 17 Mai - 16:34

Je te salue, Fafnir, cela fait toujours plaisir de voir un nouveau barbare rejoindre notre compagnie perdue en ces contrées lointaines des errances rêveuses... study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Jeu 18 Mai - 5:43

J'ai commencé à le lire. Je commence à mieux comprendre ta démarche...
Seul reproche de forme pour l'instant, lié à nos goûts qui diffèrent à ce sujet, c'est la longueur du texte. C'est très lent et tu te perds un peu parfois, je pense que tu aurais pu gagner en concision. Ceci dit, je n'aime pas les livres trop longs, c'est d'ailleurs pourquoi je suis un fan de Howard !

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
Vulmea

avatar

Nombre de messages : 283
Localisation : Stygie
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Jeu 18 Mai - 6:34

Chacun ses goûts, Simon, la longueur explique la profondeur de l'écrivain, c'est une démarche romanesque. Car par delà ses textes, il était bien plus vaste, bien plus riche dans sa recherche, dans son élaboration d'un monde. Comment ne pas le raconter comme on raconterait un univers à lui seul ???

Le titre du livre de Novalyne et celui du film sont en cela les deux points symboliques entre lesquels j'ai installé mon histoire. Et cela a dû plaire à certains, c'est déjà ça...

J'ai longuement discuté à ce sujet avec une prof d'anglais, spécialiste de Howard, et qui vit à présent en Caroline du sud je crois, aux States. Elle développe les mêmes thèses que Patrice Louinet, certaines d'ailleurs depuis longtemps. Elle a adoré mon livre et m'a dit qu'il était passionnant. Elle m'a confié que c'était le livre qu'elle rêvait de lire sur l'auteur, tellement elle a eu l'impression que je le comprenais, que je lui rendais cet hommage que la postérité lui avait interdite. Elle a conclu en disant qu'après ce livre, rien n'expliquerait mieux Howard selon elle. Je n'y ai pas beaucoup cru, je ne m'éstime pas un extraordinaire auteur, simplement un amoureux des mots. Cela m'a fait grand bien, c'est tout, car il y a beaucoup d'investissement dans cette bio romanesque et des révélations sur Howard. Cela ne m'a rien rapporté, juste le plaisir d'offrir quelques heures de bonheur à ceux qui sauront le trouver dans les lignes et entre les lignes, c'est tout...
Elle n'a pas trouvé que je m'égarais mais qu'au contraire, je donnais une dimension à un auteur qui s'identifiait à son oeuvre en un réseau de significations multiples...

Maintenant, si tu n'aimes pas, je ne peux rien y faire, tout le monde ne pourra pas apprécier mon optique romanesque, mais le fait que j'en ai fait rêver certains, le fait que des éléments essentiels sont souvent décryptés dans mon livre, me prouvent que je ne me suis pas trop mal débrouillé. Je ne sais pas ce que ça vaut réellement, pas grand chose peut-être, mais j'y ai pris un grand plaisir, en toute modestie, et c'est au final ce qui compte le plus. Ceux qui m'encouragent à poursuivre me prouvent que le risque que j'ai pris a quelque peu porté ses fruits.

Je n'ai pas voulu écrire comme tout le monde, le bon vieux schéma " oui, non, merde " de la dissert. En cela, j'ai suivi la leçon jadis donnée par un professeur qui m'a ouvert à la nouveauté, quitte à revenir à des schémas anciens comme cette oralité que Howard n'a eu de cesse de scander dans ses textes, d'où cette apparente simplicité de ses histoires...

Bonne lecture quand même... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Costigan

avatar

Nombre de messages : 592
Age : 38
Localisation : Reims !
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Jeu 18 Mai - 6:49

Houlàlà ! Je n'ai pas dit que ton livre était mauvais. Comment oserais-je, je ne suis pas encore arrivé à la moitié !
Je dis juste que je préfère les textes qui vont droit au but, les textes efficaces et rapides bref, ceux qu'écrivait Howard. Ne nous emballons pas tout de même ! C'est un choix de goût. Certains adorent les pavés, moi c'est les nouvelles. Je n'y peut rien.

PS : si tu n'as pas encore reçu de réponse à ton mail, c'est que je prends le temps. Tu m'écris deux pages donc je ne peux pas vraiment répondre en deux lignes Wink

_________________
There is no force, no money and no power to stop us now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanahultivers.over-blog.com/
helgui le gris

avatar

Nombre de messages : 74
Localisation : Cornouailles
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Jeu 18 Mai - 6:56

Et bien figure-toi que c'était aussi la première impression que j'avais, jusqu'à ce que la magie du processus opère. Oui, cela me paraissait lent et je ne comprenais pas où Two Gun allait, puis sans m'en rendre compte, la spirale hypnotique m'a saisi dans un tourbillon d'images, d'odeurs, de visages...

C'est con à dire et on va probablement se moquer de moi, qu'importe, je n'ai aucune honte, mais la lecture du celte mélancolique c'est justement une espèce de régression vers des scènes de vie que j'ai déjà vécues. C'est un miroir qui me renvoie des images de ces passés dont je n'ose jamais avouer l'existence ni le souvenir aux gens qui m'entoure, car la bienséance veut que ce qui est irrationnel n'est pas à propos. Le code et la symbolique des mots ont peu à peu fait leur travail de sortilège d'ouverture des sphères, comme une incantation qui serait l'une des clefs de ces visions rejetées de mon enfance. Je me suis revu à peine âgé de quelques années, l'oeil poché et le coeur saignat car les autres me rejetaient, nos différences étant trop grandes pour qu'ils m'acceptent. Buvant certains paragraphes, je redécouvrais les défauts de la carapace que j'ai mis des années à me forger, pièce par pièce, dans l'espoir que mon image de bagarreur se foutant de tout, crachant à la gueule du monde, me protègerait indéfiniment, me plaçant sur un socle inatteignable par les gens qui m'entourent. Oui, c'est con, ces mots que Manu a si savamment distillé, c'est un peu de mon histoire, c'est une fenêtre sur des sensations, des peurs, des apréhensions que je ne connais que trop bien. Ces femmes que l'on ne croise l'espace que d'un battement de cil, s'imprégnant d'un parfum qui restera marqué dans notre âme en même temps qu'un détail des impressions de leur corsage et la brillance subtil qui illumine leur sourire, ce n'est que l'expression de moments vécus. Ces passages où sans savoir de quelle manière on est transporté de New York jusque dans les brumes vaporeuses et indistinctes d'un passé dans un autre ailleurs, c'est les sensations qui sont en moi, lorsque je me retrouve à ramper dans des réduits au sol sableux dont les parois oppressantes me noient de leurs hyéroglyphes avec des teintes d'azur et de turquoise, quand je suis l'un de ces autres moi dans les couloirs de mes vies parallèles, ou oubliées.

Non le celte mélancolique porte son titre à merveille, le phrasé lyrique avec ses envolées verbales riches et langoureuses, ses sauts de scènes dans un glissement que l'on ne décèle qu'après dix pages avalées, c'est la réalité d'une celtitude mélancolique que seuls les guerriers ayant combattu côte à côte sur des milliers de champs de bataille au travers des âges peuvent se remémorer, quand leur barde les chante au coin du feu.

Merci Manu, tu m'as ouvert les yeux, et merde à ceux qui me prendront pour un pauvre fou, car après tout, cela me passe bien au dessus et là j'ai pu enfin dire ce que j'avais sur le coeur, sans honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nemedia.blogspot.com/
Vulmea

avatar

Nombre de messages : 283
Localisation : Stygie
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Jeu 18 Mai - 7:02

Je n'ai pas dit non plus que tu le supposais, juste que mon optique n'est pas scolaire. Elle relève d'un romanesque soucieux de profondeur je suppose. Mon entreprise est une illustration vivante de cette autre Amérique, du moins c'est là ce que je tente, et je dois dire que les mots de cette prof et d'un certain nombre de ses élèves (elle a fait lire mon manuscrit à quinze élèves de sa classe qui ont tous aimé) m'ont quelque peu fait plaisir, même si je sais que tout le monde ne pourra avoir la même réception de la chose... Wink

Personne n'a fait de promotion pour mon livre, et je me suis senti parfois très isolé. Mais j'ai fait plaisir à quelques uns, et ce fut pour moi un immense bonheur... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vulmea

avatar

Nombre de messages : 283
Localisation : Stygie
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Jeu 18 Mai - 7:16

helgui le gris a écrit:
Et bien figure-toi que c'était aussi la première impression que j'avais, jusqu'à ce que la magie du processus opère. Oui, cela me paraissait lent et je ne comprenais pas où Two Gun allait, puis sans m'en rendre compte, la spirale hypnotique m'a saisi dans un tourbillon d'images, d'odeurs, de visages...

C'est con à dire et on va probablement se moquer de moi, qu'importe, je n'ai aucune honte, mais la lecture du celte mélancolique c'est justement une espèce de régression vers des scènes de vie que j'ai déjà vécues. C'est un miroir qui me renvoie des images de ces passés dont je n'ose jamais avouer l'existence ni le souvenir aux gens qui m'entoure, car la bienséance veut que ce qui est irrationnel n'est pas à propos. Le code et la symbolique des mots ont peu à peu fait leur travail de sortilège d'ouverture des sphères, comme une incantation qui serait l'une des clefs de ces visions rejetées de mon enfance. Je me suis revu à peine âgé de quelques années, l'oeil poché et le coeur saignat car les autres me rejetaient, nos différences étant trop grandes pour qu'ils m'acceptent. Buvant certains paragraphes, je redécouvrais les défauts de la carapace que j'ai mis des années à me forger, pièce par pièce, dans l'espoir que mon image de bagarreur se foutant de tout, crachant à la gueule du monde, me protègerait indéfiniment, me plaçant sur un socle inatteignable par les gens qui m'entourent. Oui, c'est con, ces mots que Manu a si savamment distillé, c'est un peu de mon histoire, c'est une fenêtre sur des sensations, des peurs, des apréhensions que je ne connais que trop bien. Ces femmes que l'on ne croise l'espace que d'un battement de cil, s'imprégnant d'un parfum qui restera marqué dans notre âme en même temps qu'un détail des impressions de leur corsage et la brillance subtil qui illumine leur sourire, ce n'est que l'expression de moments vécus. Ces passages où sans savoir de quelle manière on est transporté de New York jusque dans les brumes vaporeuses et indistinctes d'un passé dans un autre ailleurs, c'est les sensations qui sont en moi, lorsque je me retrouve à ramper dans des réduits au sol sableux dont les parois oppressantes me noient de leurs hyéroglyphes avec des teintes d'azur et de turquoise, quand je suis l'un de ces autres moi dans les couloirs de mes vies parallèles, ou oubliées.

Non le celte mélancolique porte son titre à merveille, le phrasé lyrique avec ses envolées verbales riches et langoureuses, ses sauts de scènes dans un glissement que l'on ne décèle qu'après dix pages avalées, c'est la réalité d'une celtitude mélancolique que seuls les guerriers ayant combattu côte à côte sur des milliers de champs de bataille au travers des âges peuvent se remémorer, quand leur barde les chante au coin du feu.

Merci Manu, tu m'as ouvert les yeux, et merde à ceux qui me prendront pour un pauvre fou, car après tout, cela me passe bien au dessus et là j'ai pu enfin dire ce que j'avais sur le coeur, sans honte.


Aussi incroyable que cela puisse paraître, tu n'es pas la seule personne à me confier ça, mais tu es celle qui l'explique le mieux, c'est vraiment très beau et vrai quelque part. Parfois, moi-même je me sentais partir, par quelque effet d'écriture. C'était étrange et terrible en même temps. La prof qui m'a lu avec ses élèves m'a confié que mon écriture avait un réel pouvoir hypnotique et une grande force, et que je saisissais parfaitement l'homme qu'était Howard. Je pense que jamais personne ne le saura vraiment, ce ne seront toujours que des interprétations, donc je ne nourrie aucune prétention ou prima sur Howard. J'ai tenté de toucher un peu son mystère, sa part de ténèbres avec lesquels il tissait des histoires inoubliables. Cette prof a confirmé ce que mon propre prof me dit un jour, " oser des aventures littéraires au risque de tout perdre, quoi qu'il vous en coûte en sommeil ou en temps, c'est là la récompense cardinale. ". Le fait que j'en touche certains est une bien belle victoire. Non pas une prétention pédante ou une vantardise, non, une victoire sur le temps et la mort quelque part... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cimmerianbloke

avatar

Nombre de messages : 50
Age : 45
Localisation : Mons, Belgique
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   Mar 23 Mai - 16:36

Les garçons, j'ai besoin que qqn me le fasse parvenir en Irlande, je règle bien sûr tous les frais à l'avance. Merçi de me contacter via le forum ou email: ewery2@yahoo.fr Danke...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le celte mélancolique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le celte mélancolique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Animagus, de Julius Skaghetti
» Cernunnos
» musique celtique
» Sur Tal-Elmar
» Musique et Histoire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques Némédiennes :: La Grande Bibliothèque de Tarantia-
Sauter vers: