Visiter le siteVisiter le site  AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Forteresse Noire de Michael Mann (1983)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
albéric



Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: La Forteresse Noire de Michael Mann (1983)   Sam 16 Fév - 6:03


Résumé :
Des nazis sont envoyés pour garder une vieille et mystérieuse forteresse roumaine. L'un d'eux, par erreur (en fait ce n'est pas une erreur mais passons), laisse s'échapper une force inconnue qui était prisonnière des murs...



Scénarisation :
Michael Mann a fait le parti pris de l’affrontement psychologique pour faire un film intimiste.
On pourrait croire à une relecture du mythe du Golem mais c’est beaucoup plus riche que cela.
Cette mystérieuse forteresse roumaine ceinte de 108 croix en nickel recèle un mal aussi puissant qu’intelligent puisqu’il va mentir, tromper, manipuler en jouant sur la cupidité, l’ l’ambition puis la soif de justice des hommes pour parvenir à sa libération.
Aucune différence entre le mal qui se tapit dans les bureaux du IIIe Reich à Berlin et celui qui se tapit au fond de la Forteresse Noire, sauf qui ce dernier est invincible et immortel.
La créature est moins un énième boogeyman qu’un révélateur des démons de l’humanité.
Et on joue sans cesse sur le mythe du vampire : l’argent, les croix, les miroirs, les brumes…
Mais après tout l’action se situe dans un col des Carpates en plein cœur de la Valachie !
Néanmoins il y a des trucs qui sont mal fagotés tant on sent des coupes dans la narration :
- les arrivées de Cuza et de Glaeken à la Forteresse sont trop vite amenées
- la montée de la folie pour les soldats qui gardent le col n’est pas retranscrite
- la montée de la peur pour les habitants dans le village n’est pas retranscrite
- la romance d’Eva et Glaeken est vraiment mal amenée et mal exploitée
- on se demande d’où sortent certaines révélations à la fin du film
La thématique des crimes contre l’humanité est bien moins exploitée que dans le roman mais elle renforce l’ambiance délétère du film et nous offre l’émouvante scène de la gare…

Interprétation :
Le casting est plutôt assez classe et comme Michael sait diriger ses acteurs il leur offre des scènes de dialogues très intéressantes sur la nature du mal en dépit du ton contemplatif du film.
Scott Glenn campe en mystérieux Gardien du Temple qui se fait appeler Voyageur.
Ian McKellen incarne un érudit juif handicapé qui va être soumis à la tentation.
(marrant qu’on le reconnaisse bien mieux avec son maquillage de vieux)
Dommage qu’Alberta Watson fasse un peu potiche dans le film.
Jurgen Prochnow joue à contre-emploi un officier de la Wehmacht hantés par ses scrupules.
Gabriel Byrne est parfait en pourriture carriériste qui a opté pour la Waffen SS :
Spoiler:
 

Réalisation :
C’est du Michael Mann. C’est très travaillé, c’est très stylé mais c’est assez particulier.
La caméra rend très bien l’idée force : a forteresse noire étouffe, avale, anéantit ses occupants !
On maîtrise parfaitement tous les codes du cinéma des années 80, après on aime ou on déteste.

Visuels :
Oui le film a vieillit. Mais comme les aspects esthétiques sont travaillés, il a moins bien vieilli que des films de 10 ou 15 ans plus jeunes. Il fait même moins vieux que des DTV récents.
La créature conçue par Enki Bilal est vraiment réussie.
Les contrastes entre la Forteresse Noire et ses souterrains et les éclairages violents sont bons.
Les FX sont assez inégaux allant du très moyen (les effets gores) au très bien (les brumes).
C’est dommage qu’on squizze la violence car les carnages de Molasar auraient pu être géniaux.
On ne voit jamais la Forteresse Noire en entier mais les décors sont très bien fichus.
Dans tous les cas les 6 millions de dollars ont été bien rentabilisés !

Bande-son :
Les musiques de Tangerine Dream sont clairement eighties.
Si elles collent bien à leur époque et au ton mélancolique/contemplatif du film, pas sûr que les envolées lyriques au synthétiseur plaisent à tout le monde (cela sonne un peu comme du Vangelis).


Un film intéressant qui avait plus de moyens aurait constitué une référence.
J’aurais du mal à le qualifier de bon et à le conseiller mais il vaut le détour.
Car ce film a eu une postérité qui en dit long :
Hayao Miyaki s’en est inspiré pour le mastaba dork de Nausicaä (repris dans Evangelion).
Paul S. W. Anderson s’en est inspiré pour la pyramide noire souterraine d’AVP.
Steve Barker s’en est inspiré sur le fond et sur la forme pour sa saga Outpost.

Bref du joli monde !

Notez aussi que le film est l’adaptation du roman The Keep / Le Donjon de Francis Paul Wilson qui n’est que le 1er tome du Cycle de l’Adversaire où on assiste à l’affrontement séculaire entre l’Ange Glaeken Trismegestus et le démon Molassar.
Notez enfin que ce livre a été dédié à H.P. Lovecraft, Robert Howard et Clark Ashton Smith !!!
Certains y ont aussi vu des référence au SdA et l’auteur confirme qu’il aime beaucoup Tolkien :
Molassar et Sauron, mêmes méthodes et mêmes combats ? Wink

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Forteresse Noire de Michael Mann (1983)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» armée forteresse de barad dur GDA
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Femelle croisée caniche noire de qq mois à LL
» Michael Jackson est mort...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques Némédiennes :: Lanterne Magique-
Sauter vers: